Barcelone, de la Fondation Miró à la Sagrada Familia

Ma deuxième journée à Barcelone a été consacrée à la découverte du château de Montjuïc, de la Fondation Miró, du Musée Picasso et de la célèbre Sagrada Familia.

Sur la colline Montjuïc

Le château de Montjuic

La colline Montjuïc est dominée dans sa partie sud-est par le Castell (château ou fort) de Montjuïc d’où l’on peut profiter d’une belle vue sur la Méditerranée, le port et la ville de Barcelone. Le monument servit de tour de guet, de prison politique et de lieu d’exécution. Des anarchistes y furent exécutés à la fin du 19esiècle, puis des fascistes pendant la guerre civile et des républicains à l’issue de celle-ci. 

J’ai pris le funiculaire de Montjuïc puis j’ai traversé les jardins del Mirador afin d’accéder à pied au château. Je ne vous cache pas que l’ascension est éprouvante quand il fait chaud ; mieux vaut prendre le téléphérique, ce que j’ai fait pour redescendre.

La Fondation Miró

Quelques gouttes de pluie m’ont fait accélérer le pas pour arriver juste à temps à la Fondation Miró. La Fondation expose la collection publique la plus importante de l’œuvre de Joan Miró, l’un des grands artistes espagnols du 20esiècle. Le bâtiment fut spécifiquement conçu par l’architecte et urbaniste Josep Lluìs Sert, ami de l’artiste. 

Pour JoanMiró, « ce qui compte, ce n’est pas une œuvre, mais la trajectoire de l’esprit durant la totalité de la vie ».Barcelone, sa ville natale, et Paris plus tard, ont marqué sa formation intellectuelle et artistique. C’est à Paris où il entra en contact avec les courants d’avant-garde, notamment avec le surréalisme, que le jeune Miró chercha de nouvelles formes d’expression qui le menèrent au-delà de la peinture traditionnelle. Puis Mont-roig, un petit village près de Tarragone où Joan Miró passait ses étés, va devenir le centre de référence de son œuvre. C’est ici qu’il prit conscience du sens de l’art en rapport avec la vie.

Les événements de la Guerre d’Espagne et la deuxième Guerre Mondiale heurtèrent profondément Miró qui trouva refuge à Paris d’abord, puis à Varengeville-sur-Mer, en Normandie. Il y créa la série Constellations. Il s’éteint en 1983, à l’âge de 90 ans. 

La collection présentée est impressionnante et les explications permettant d’appréhender l’œuvre de l’artiste nombreuses et pédagogiques. Un incontournable à Barcelone.

Le Musée Picasso

Le ciel restant menaçant, j’ai préféré continuer sur ma lancée en visitant le musée Picasso situé dans cinq palais médiévaux contigus, qui à eux seuls, valent le coup d’œil.

Concernant la collection permanente, ne vous attendez pas à voir ses œuvres les plus connues ni même à retrouver ses périodes emblématiques. J’avoue avoir été déçue par ce musée même si la collection est vraiment riche et met en avant la précocité du génie de Pablo Picasso. Dans les salles 12 à 14 sont exposées les célèbres Meninas– Les Ménines  – une revisite de la peinture de Vélasquez.

Une exposition temporaire « Picasso, sous le regard du photographe » m’a beaucoup plu. On peut y découvrir des portraits de l’artiste réalisés par des photographes tels que Man Ray, Robart Capa, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau… mais aussi un grand nombre de photos prise par Picasso lui-même. Un Picasso plus intime, plus humain, entouré de ses amis.

N’hésitez pas à vous balader dans le quartier qui offre un dédale de ruelles agréables et moins fréquentées que celles du Barri Gòtic. 

La Sagrada Familia

La journée s’est achevée par la visite de la Sagrada Familia. Pensez à réserver vos billets à l’avance car une fois sur place, impossible de trouver des tickets pour le jour-même. Privilégiez également la fin d’après-midi, vers 17h30 ; c’est le moment où  la lumière pénètre au cœur de la basilique à travers les vitraux de la façade de la Passion

La Sagrada Familia suscite l’émerveillement ! Le site est grandiose même si sa construction n’est toujours pas achevée. Lancé en 1882, le chantier devrait néanmoins être terminé en 2026, soit un siècle après la mort d’Antoni Gaudí, son architecte. 

Je devais visiter la Tour de la Passion mais les intempéries du début d’après-midi ont entraîné la fermeture de celle-ci. 

Une adresse où diner : Ciudad Condal sur Rambla Catalunya. Un bar à tapas réputé, donc fréquenté. Si vous souhaitez dîner en terrasse, soyez prêts à attendre une bonne trentaine de minutes. Néanmoins, mes tapas étaient délicieux, en particulier le poulpe ! 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *