L’Irlande du Nord, à l’écart des itinéraires touristiques

Cet été, nous avons, le temps d’une semaine, mis cap au Nord. Destination : l’Irlande. Nous avons roulé quelques 2 000 kilomètres sur des routes sinueuses, chanté un peu trop Les lacs du Connemara, vu davantage de moutons que d’Irlandais, goûté la Guinness, eu parfois du mal à converser avec les Irlandais forts sympathiques mais à l’accent très prononcé, ouvert seulement deux fois notre parapluie ! Bref, nous nous sommes bien amusés. 

La première étape de ce voyage a été consacrée à l’Irlande du Nord. Non pas que nous étions impatients de marcher dans les pas des héros de Game of Thrones ! Nous voulions admirer ses paysages spectaculaires, ses abbayes et ses châteaux souvent en ruine, nous imprégner de sa culture et mieux comprendre son histoire chaotique…

Nous avons donc quitté Dublin dès le lendemain matin de notre arrivée. Nous avons fait une halte – deux nuits – dans le comté du Fermanagh, autour du Lough Erne, longue étendue d’eau de 80 km de long, constellée de 154 îles boisées.

Une situation géographique qui en fait une belle région de lacs, de forêts et de collines, à l’écart des grands itinéraires touristiques, ce que nous avons apprécié.

Florence Court

Les jambes engourdies par les heures de route , nous avons achevé notre journée à Florence Court. Cette demeure néoclassique a été construite entre 1756 et 1771 par les Cole, comtes d’Enniskillen, « capitale » du comté. A cette heure-ci – seulement 17 h 30 – les visiteurs semblaient avoir déserté le lieu, ce qui n’a pas été pour nous déplaire. Nous avons pu profiter du vaste parc boisé dominé par le mont Cuilcagh, table calcaire qui culmine à 668 mètres à la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

Mont Cuilcagh

Notre voyage

5 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *